France, Europe, santé – Comparaison France-Union Européenne – Vie-publique.fr

See on Scoop.itCe qui se dit sur l’hôpital et la santé en France… et ailleurs

« Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rendu public, le 23 mai 2012, un rapport intitulé « La santé en France et en Europe : convergences et contrastes ».

Fondé sur les 88 indicateurs du système européen d’indicateurs de santé (European Community Health Indicators – ECHI), Lire la suite

Le programme des conférences de la FHF sur Hopital Expo 22/25 mai 2012

See on Scoop.itCe qui se dit sur l’hôpital et la santé en France… et ailleurs

Les conférences organisées seront l’occasion de larges débats autour des thématiques qui impactent les professionnels de santé et qui sont au coeur de la plateforme politique de la FHF : évolution et enjeux des territoires de santé, coopérations entre les professionnels, évolutions du modèle de tarification des établissements sanitaires et médico-sociaux, mise en place d’une véritable démocratie sanitaire ou encore modernisation de la gestion des ressources humaines au sein des établissements, évolution du paysage de la recherche et de l’innovation, nouvelles conceptions de l’espace hospitalier…

See on www.sphconseil.fr

L’achat hospitalier en question sur Hopital Expo 2012

Mercredi 23 mai, une matinée entière consacrée à l’achat hospitalier en Europe.

Une conférence au cœur de l’actualité qui proposera des clés de compréhension sur le sujet et favorisera les échanges entre acheteurs hospitaliers sur ces évolutions.

Les préoccupations économiques de tous les Etats membres de l’Union Européenne incitent à l’amélioration de modes d’achat public, réduisant les dépenses, faisant la promotion de l’innovation et ouverts au tissu industriel européen.

La première version du projet de directives marchés fait débat, notamment quant aux possibilités de négociation qui pourraient être introduites dans les procédures formalisées. L’achat hospitalier, en mutation rapide dans un contexte budgétaire difficile, sera directement concerné par ces évolutions du droit européen de la commande publique.

Au-delà de ces préoccupations, de nouveaux horizons se dessinent à l’échelle européenne, en particulier dans le domaine de la santé, avec l’émergence de projets hors cadres étatiques, qui augurent des actions communes entre des centrales d’achat hospitalières, au service de l’innovation.

L’achat hospitalier en Europe est une conférence proposée par le Resah-Idf (Réseau des Acheteurs Hospitaliers d’Île de France) et animée par Alain Mourier, Professeur de l’EHESP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique).

Aperçu des sujets abordés à l’occasion de cette matinée :
  • 10H – 10H30 Les points clés de la future directive marchés

Avec Maître Aymeric HOURCABIE

  • 10H30 – 11H30 Les attentes des acheteurs hospitaliers et les évolutions du droit européen de la commande publique

Table ronde avec Dominique Legouge, directeur du Resah-Idf – Jean-Pierre Bailly, directeur des achats du CHU de Lille – Julien Couvreur, directeur des ressources logistiques et des achats du Centre Hospitalier d’Annecy – Christian Mauppin, directeur du pôle logistique et des achats du Centre Hospitalier Sainte-Anne à Paris.

  • 11H30 – 12H00 L’achat public comme soutien de l’innovation en Europe : HAPPI, le projet pilote coordonné par le Resah-Idf

Avec Alexandra Donny, directrice-adjointe du Resah-Idf et Carole Gandon, chef du projet européen HAPPI, Resah-Idf.

  • A partir de 12h, à l’issue de la conférence, un cocktail sera offert par l’AsFAH (Association Française des Acheteurs Hospitaliers).

A cette occasion, l’Association aura le plaisir de remettre aux participants un exemplaire de la première édition de l’annuaire de l’achat hospitalier, élaboré en partenariat avec PG Promotion, éditeur de l’annuaire Politi.

Pour en savoir plus :

JIM – Santé : les propositions des candidats au banc d’essai

Via Scoop.itCe qui se dit sur l’hôpital et la santé en France… et ailleurs

Paris, le jeudi 12 avril 2012 – A travers ces trois tableaux, nous vous proposons de découvrir d’un coup d’œil les propositions comparées des cinq candidats à l’élection présidentielle crédités aujourd’hui de plus de 10 % d’intention de vote par les différents sondages.
Nous vous proposons de nous intéresser successivement à leurs différentes positions en matière de santé publique et d’éthique, à leurs propositions concernant l’organisation des soins et la maîtrise des dépenses de santé, avant de nous pencher sur le sort réservé à l’hôpital.

Via www.jim.fr

Les Français et le système de santé – Ipsos Public Affairs-Juillet 2011 | Ipsos.fr

Via Scoop.itCe qui se dit sur l’hôpital et la santé en France

S’il est un domaine sur lequel les Français se montrent confiants, c’est sur la valeur de leur système de soins.

Une étude réalisée pour le compte de la FHP qui a déjà presque 1 an mais qui reste d’actualité et confirme la confiance des français dans leur système de soin, qu’il soit privé ou public.

Via www.ipsos.fr

La nécessaire évolution du mode de financement du système de santé français.

Hôpital Expo place cette question majeure au cœur des débats qui animeront son édition 2012.

Six ans après sa mise en place, le modèle de la tarification à l’activité (T2A) montre aujourd’hui ses limites comme le souligne Yves Gaubert, Responsable du pôle Finance de la Fédération Hospitalière de France. « Si elle a marqué une étape décisive dans la recherche d’un mode de financement adapté à notre système de santé, la tarification à l’activité n’est clairement plus adaptée à la situation et aux enjeux actuels. La mutation profonde qu’est amené à vivre le système hospitalier français nécessite de repenser et d’adapter ses fondamentaux, dont le financement est l’un des plus importants ».

Alors que la recherche d’un mode de financement idéal du système de santé constitue une préoccupation majeure dans l’ensemble des pays développés, qu’en est-il du système français ? Est-il aujourd’hui adapté à la mutation profonde à laquelle doit faire face l’hôpital ? Et surtout est-il pérenne ?

Quels sont les limites et les effets pervers du système de financement actuel ?

Les outils utilisés aujourd’hui, et surtout l’usage qu’il en est fait, réduisent l’activité hospitalière à une description d’actes, peu précise, limitée et qui ne permet pas de les chiffrer de manière réelle et exacte. La tarification à l’activité favorise par ailleurs la production d’actes inutiles pour le patient, créant une dérive inflationniste le plus souvent à des fins lucratives.

Autre point important : en voulant homogénéiser les nomenclatures et les coûts des actes, à travers une démarche de convergence tarifaire, ce système n’a pas tenu compte des différences entre structures publiques et privées, ainsi que des contraintes spécifiques à l’hôpital, à son fonctionnement et à son environnement. « Il est évident que la tarification à l’acte n’est plus adaptée aujourd’hui aux exigences de santé publique, notamment pour les malades précaires, chroniques ou pour les personnes en fin de vie, mais ce n’est pas pour autant qu’elle doit être complètement remise en cause et abandonnée. A défaut de constituer le socle de notre système de financement, elle doit en effet s’assouplir, évoluer et notamment intégrer une dimension non plus nationale mais régionale, tenant compte des spécificités des territoires », ajoute Yves Gaubert.

Conscient des enjeux cruciaux qui sous-tendent la question du financement du système de santé, Hôpital Expo 2012 y consacre cette année deux journées, avec pour objectifs d’analyser de manière critique les bases du modèle et les usages actuels  des outils, mais aussi de proposer des pistes concrètes d’évolution du système, parmi lesquelles on peut d’ores et déjà évoquer la mise en place de financements complémentaires et mutualisés, mixant tarifications à l’activité et forfaitaire.

Au-delà de cette thématique au cœur des débats actuels, se posent également d’autres problématiques-clés qui seront abordées pendant le Salon:

  • Le financement des soins de suite, de rééducation et de réadaptation, aujourd’hui trop figé et dont le mode forfaitaire n’est pas adapté à une prise en charge pertinente et efficace des patients
  • Le pilotage de l’information médicale,  et notamment la manière dont elle est constituée, relayée et traitée. Une question au cœur des problématiques de financement, car de la qualité et de la rapidité de transmission de l’information dépend la trésorerie, et donc le financement, d’un hôpital.
Pour en savoir plus :